Articles les plus consultés

mardi 30 septembre 2014

Les donneurs de leçons...

Ayant trouvé sur le net le forum "gobages.." j'ai cru à une certaine ouverture d'esprit..
j'ai, dès ma première demande de renseignements, y été agressé..

j'ai donc quitté ce forum et cela m'inspire ces quelques réflexions:

Y aurait- il plus de truites si tous les pêcheurs relâchaient toutes leurs prises? les avis divergent, les rapports aussi...

Mais la pêche aurait elle un sens , une justification si aucun poisson n'était prélevé?  Pourrait on justifier moralement le sport qui consisterait à capturer un animal, jouer avec et le relâcher? je ne sais pas..
Le pêcheur a le choix de garder ou relâcher, le chasseur celui de choisir l'animal qu'il va "prélever"(c'est vrai aujourd'hui on ne tue plus on prélève).
Ce choix, c'est à dire cette profonde liberté, est  peut être un élément essentiel de l'esprit de ces activités potentiellement prédatrices. 

Il peut être guidé par le souci de préserver la ressource, d'assurer une meilleure reproduction de l'espèce animale,  et par un choix personnel et intérieur à chacun.

Mais il ne me semble pas qu'on puisse y mettre une valeur morale.  (Comme s'il s'agissait d'un combat entre guerriers, encore que "gracier" un combattant vaincu est dans certaines cultures valorisé moralement, dans d'autres au contraire c'est frapper de déshonneur son adversaire...et montrer une insigne faiblesse).

Affirmer qu'on "respecte" le poisson parce qu'on relâche tous ses poissons est, pour moi un abus de langage et une volonté d'imposer aux autres un choix personnel et intime.
Respectons ces choix fait dans le respect des règlements (humains, bien sur, donc parfois contestables et contestés).
Respectons le pêcheur qui relâche ses prises et  respectons aussi celui qui va les offrir à sa famille et les cuisiner avec subtilité.

La pêche est à la fois pour moi prédation et/ou sport (activité ludique).  Personnellement si un des 2 aspects (prédation pure ou "sport") l'emporte totalement l'un sur l'autre, elle perd  beaucoup de sa raison d'être et du plaisir qu'elle procure  (que ce soit au pêcheur ou par exemple à sa petite fille à qui on fait déguster pour la première fois  une demoiselle de la rivière...

Chacun ses choix, des choix qu'il faut assumer  donc sans chercher à les imposer.
Certains préfèreront capturer 20 truites et toutes les relâcher, d'autres n'avoir que quelques prises et les garder... Le problème peut se poser  en terme de "gestion d'un patrimoine" de préservation d'une ressource, comme je l'ai déjà dit, mais en aucun cas de Bien et de Mal.

Sur mon blog, depuis que j'ai un appareil photo (numérique et étanche maintenant), je prends et place des photos de truites certaines sont vivantes et relâchées ... d'autres mortes et ont été consommées en famille...
Je ne dirais jamais quel a été mon choix...

 Contrairement à une photo que j'ai trouvé sur un livre et sur un site web où l'auteur "déclare qu'il est valorisant de relâcher un beau reproducteur", alors que recherches faites la prise a été faite sur le Tanaro dans un parcours privé et abondamment  approvisionné en truites.   

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Très inintéressante réflexion .... Alphonse ARIAS, qui n'est plus à présenter évoquait dans l'un de ses ouvrages la notion de "Jardin" et de gestion de la ressource.
    A l'instar de ce que vous décrivez, je pêche pour le sport, la détente mais également le plaisir du palais ( pas d’excès je précise tout de même ...).
    Je n'éprouve aucune honte et ne trouverais aucun sens au fait de prendre du poisson, pour le simple plaisir de le sortir de son élément et de l'y remettre ....
    Certains pêcheurs pensent qu'ils font partie d'une caste et à ce titre se positionnent en moralisateurs. Ces forums sont pourtant remplis de pêcheurs/moucheurs qui conservent du poisson (en secret) mais stigmatisent ceux qui le font !
    Très beaux blog, merci pour le partage.

    RépondreSupprimer